Le Bouddhisme du Véhicule des Anciens ou Theravâda est considéré comme la branche originelle du Bouddhisme.

C'est le Bouddhisme de la voie des Anciens, le plus proche de l'enseignement du Bouddha, il se base sur les textes les plus anciens relatant les paroles du Bouddha lors de ses quarante-cinq années d'enseignement. Ce courant est non ritualiste, il est uniquement constitué de l'enseignement originel du Bouddha Sakyamuni et rien de plus.

Il est basé sur les enseignements majeurs et originels du Bouddha, c'est à dire sur le Tipitaka qui est l'ensemble des sutta les plus anciens du Bouddhisme, composé de trois parties : le Vinaya Pitaka (corbeille de la discipline), le Sutta Pitaka (corbeille de la doctrine, les discours du Bouddha) et l'Abhidhamma Pitaka (corbeille de la connaissance).

Ces textes sont en langue Pâli, la langue des textes les plus anciens du Bouddhisme, par laquelle le Bouddha s'exprimait. L'ensemble des anciens textes en pâli est considérable, une partie seulement a été traduite en Anglais ou parfois en Français.

Le Theravâda a souvent été considéré avec un peu de dédain par les pratiquants du Grand Véhicule qui considéraient que l'idéal du bodhisattva était nettement supérieur à cette pratique jugée individualiste. D'où le nom de "Petit Véhicule" ou Hinayana. Cependant tout ce qui est de l'ordre de la bienveillance, de la compassion fait entièrement partie des enseignements du Bouddha.

L'idéal de l'accomplissement personnel du mouvement Theravâda est l'arahant : celui qui est parvenu à atteindre le nibbana, libéré du samsara et qui a donc achevé son cheminement spirituel et obtenu la parfaite santé mentale.

L'arhant a développé les sept facteurs d'Illumination qui sont l'attention, l'investigation du dhamma, l'énergie, la joie, la tranquillité, la concentration et l'équanimité. Son esprit est imperturbable à tel point que même menacé de mort, le mental de l'arhant reste calme car il sait que la mort ne serait qu'un changement de ses composantes, ne faisant que confirmer l'impermanence de toute chose. C'est ainsi que l'arahant Adhimutta, par son calme imperturbable déstabilisa un bandit qui était prêt à l'agresser. Le bandit impressionné devint alors un de ses disciples.

La sphère d'influence du Theravâda est constituée principalement par les pays de l'Asie du Sud-Est : Vietnam, Thaïlande, Cambodge, Birmanie, Sri Lanka (où le Bouddhisme Theravâda est très développé dans la population).

Il existe plusieurs écoles Theravâda comme par exemple la tradition de forêt dans laquelle les moines vivent dans la forêt et se consacrent pleinement à l'étude des sutta et au suivi de préceptes.

Il existe d'autres traditions plus ou moins répandues dans les pays du Theravâda. Toutes se basent fortement sur la méditation Vipassana (la "vision intérieure" ou "vision pénétrante") par laquelle l'on arrive à déterminer la véritable nature des choses. Par la pratique de Vipassana, le méditant arrive à percevoir les phénomènes selon leur vraie nature : ils sont impermanents (anicca), et il n'y a personne qui peut les contrôler : il n'y a pas de "soi" (anatta), ce qui mène à la souffrance et à l'instatisfaction (dukkha).

Pour une bonne introduction au Theravâda, un livre excellent de Walpola Rahula, authentique moine du Sri-Lanka : "L'enseignement du Bouddha, d'après les textes les plus anciens", Editions Seuil, Points Sagesse.

Pour une bonne introduction à la pratique de Vipassana, un livre excellent de Sayadaw U Pandita, moine de Birmanie possédant plus de soixante-deux ans de vie monastique : "Dans cette vie même, Le chemin de libération enseigné par le Bouddha", Editions Adyar.

Pour ceux qui sont intéressés par le pâli, langue originelle du Bouddhisme Theravâda : le pâli.

 

Source: http://ffusier.free.fr/theravada.htm